Société des auteurs de radio, télévision et cinéma

Retour à la liste des nouvelles

Mot du président | April 26, 2017

Donner au suivant

Robert Etcheverry

Par Mathieu Plante

Non content d’avoir redéfini pour nous tous le sens des mots courage et persévérance, Claude Robinson s’attaque maintenant au mot générosité. Bon nombre d’entre vous sont déjà au parfum de ce qui s’est passé le 23 février dernier, mais toute grande nouvelle est bonne à répéter.

Durant sa longue saga juridique, Claude Robinson a pu compter sur l’aide financière et l’appui moral autant de la communauté artistique que du grand public. Sans ces milliers de contributions, il lui aurait été presque impossible d’assumer les frais engendrés par son combat judiciaire. Après avoir consacré des années à faire respecter les droits des créateurs, et bien que les sommes qui lui sont dues n’ont pas encore été perçues intégralement, Claude Robinson estimait ne plus avoir besoin de recourir aux quelque 81 087,51 $ qui subsistaient dans le Fonds Claude Robinson. Il n’était pas non plus question pour lui de conserver cet argent, qui n’avait pas été versé pour son profit personnel, mais spécifiquement pour l’aider dans sa cause.

Claude Robinson souhaitait au contraire que cet argent puisse bénéficier aux créateurs, permettre de pallier les difficultés de certains d’entre eux. Je ne vous apprends rien en disant que de nombreux artistes de tous les métiers peinent souvent à joindre les deux bouts. De concert avec la SARTEC, la décision a donc été prise de redistribuer les sommes restantes de manière égale entre six fondations, toutes chapeautées par la Fondation des artistes (FDA) et ayant chacune comme objectif de soutenir les artistes et les créateurs. Une façon toute simple, pour la SARTEC et Claude Robinson, de remercier le milieu culturel.

Claude Robinson

 

Et le soir du 23 février, notre Robinson national nous réservait une autre fleur. Il nous a annoncé vouloir ajouter un peu plus de 8 000 dollars afin d’atteindre un chiffre rond, en expliquant la chose ainsi : « C’est pas de la générosité, c’est de la paresse. 90 000 $, ça se divise mieux en six que 81 087,51 $. »

Les représentants suivants des divers fonds ont profité de l’occasion pour remercier chaleureusement Claude Robinson :

Shelley Freeman, présidente du RAAV (Fonds Serge-Lemoyne), Réjane Bougé, présidente de l'UNEQ (Fonds de secours Yves-Thériault), Mylène Cyr, directrice générale de la GMMQ (Fonds Jean-Carignan), Claude Accolas, président de l'APASQ (Fonds Prévost-Buissière), Gabriel Pelletier, président de l'ARRQ (Fonds de secours ARRQ), Alexandre-Nicolas LeBlanc, administrateur (Fonds SARTEC)

Voilà donc qui met un terme au Fonds Claude Robinson. Mais ce qui ne disparaîtra jamais, c’est la trace ineffaçable que Claude a laissée en chacun de nous. Merci pour tout, l’ami.

 

Lire l'allocution d'Alexandre-Nicolas LeBlanc, administrateur du fonds SARTEC, et voir l'album-photo  »  »  »

 

Archives