Société des auteurs de radio, télévision et cinéma

Martin Rodolphe

Fonction principale:
auteur
Secteur:
Cinéma
Courriel (public):
martinrodolphe.cineaste@gmail.com
Site web:
https://lactualite.com/societe/le-phare-du-haut-fond-prince-une-mysterieuse-sentinelle/
Réseaux sociaux:

 1.

Bachelier en cinéma à l’Université de Chicoutimi, Martin Rodolphe Villeneuve est né en 1970. Ce cinéaste réalise son premier film en 2001, Ce qu’il reste, un documentaire ethnologique qui traite d’un objet du passé. Il réalise son deuxième film en 2003, Le vélocipède à patins, film d’animation humoristique sans dialogue. (Sélectionné dans plus de 20 festivals, projection spéciale à Clermont-Ferrand, nommé meilleur film d’animation au festival International en Abitibi-Témiscamingue, sélectionné au festival à Épinay-sur-Seine, Paris, sélectionné au festival Court 18 au 18ième arrondissement à Paris). Poète autodidacte depuis 1987, il fait ses premières armes dans le cinéma en tant que scénariste en 1998 pour l’ONF. Il écrit Les Ramoneurs cérébraux, film d’animation arrêt sur image (Sélectionné dans plus de 50 festivals, Prix Jutra pour le meilleur film d’animation, prix des artistes à Trouville-sur-Mer, France, prix du meilleur film d’animation à Colombus, États-Unis). Il achève en janvier 2004 l’écriture d’un long métrage qui traite du travail artistique de Guy Blackburn, artiste qui explore l’univers installatif depuis plus de 20 ans au Canada.

 

2.

Né à Rivière-du-Moulin, au Saguenay, Martin Rodolphe a fait des études en peinture au sein de plusieurs ateliers à Chicoutimi, alternant fusain et acrylique. Il délaisse peu à peu la peinture et s’inscrit en 1996 au programme interdisciplinaire en art à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) - concentration cinéma et vidéo. Il a suivi plusieurs formations à l’Office national du film (ONF) et a également participé à des ateliers d’écriture dans le cadre du programme de Téléfilm Canada « Écrire au long » à l’Institut national de l’Image et du son (Inis). Scénariste et documentariste de formation, il réalise plusieurs œuvres dans différents genres, dont des études et des essais cinématographiques, avant de trouver son véritable créneau : le drame onirique. C’est alors qu’en 2009 il entreprend un périlleux tournage sur le phare du Haut-fond Prince situé au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saguenay. Sélectionné par plusieurs festivals, ce film intitulé Haut-fond Prince (2011) lui mérite la Bourse de création au festival Regard international sur le court métrage au Saguenay en 2012. Dans la même veine poétique, il réalise coup sur coup Notre-Dame-des-Monts, Qu’en ce jour je meure, Éléonore et Chants de l’aube. Il prépare actuellement son premier long métrage De profundis.

 

3.

En 1996, Martin Rodolphe s’inscrit au programme interdisciplinaire en art à l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a suivi des formations et des ateliers tant à l’ONF qu’à l’Institut national de l’image et du son. Scénariste et documentariste de formation, il réalise plusieurs genres avant de trouver son véritable créneau : le réalisme poétique.

Martin  Rodolphe
Titre Secteur Genre
Haut-fond Prince Cinéma Court et moyen métrage
Un choral de Mendelssohn Cinéma Documentaire